Mon travail conisiste à questionner le genre.

Que cela m’attire des moqueries me laisse de glace.

Plus l’on médit à mon sujet, plus cela me conforte dans l’idée que mon travail en vaut la peine.

Porter du maquillage féminin ou des cuissardes de bordel parisien me plait, m’interroge, m’interloque et si cela agace, je voudrais agacer bien d’avantage.

Je ne suis plus l’adolescent androgyne, en quête de reconnaissance.

J’emprunte des concepts aux Gender studies, au Glam rock, au Décadentisme et je trouve cela passionnant.

C’est aller au-delà de soi, se confronter à ses propres limites, voire à ses idées préconçues (que j’ai comme tout un chacun), pour repousser toujours plus loin ce que l’on croit savoir.

Travail de composition et d’érudition, ce work in progress est aussi l’affirmation de l’inner self et, en quelque sorte, j’agis en accord avec ma vraie personnalité, non entâchée par « la civilisation » et ce que j’ai toujours été. Peut-être n’ai-je pas de freins culturels. Certains diraient moraux : Bien/Mal, Masculin/Féminin, Nature/Artifice, Vierge/Putain.

Je suis cette synthèse d’une dialectique hégélienne que peu d’individus comprennent car la lecture des essais a été remplacée par le culte de la Télé.

Et je fais partie de cette société du spectacle, tout en la mettant en cause, notamment lorsque je critique les starfuckers, individus qui profitent de la célébrité d’un autre pour briller.

Et Dieu, que j’en ai connus !

Contacts

Pour me contacter, une seule adresse : b.megherbi@laposte.net

My e-mail in blue if you want to join me !

Questioning Gender

 

As an artist,I ask questions about the notion of gender.

I do not care if I am a subject of mockery.

The more one spreads fake news about me, the more it comforts me in the idea that my work is valuable.

Wearing feminine makeup or waders of Parisian brothels is something quite appealing and entertaining.

Does it shock?  I would like to bother much more.

I am no longer this androgynous teenager, seeking recognition.

I borrow concepts from Gender Studies, Glam Rock, French “Decadentism” and I find it exciting.

I go beyond opposites, I face my own limits, even prejudice (which I have like everyone else) to go always further away.

A work of composition and erudition, my work in progress is also the affirmation of my inner self and,

in a way, I act in accordance with my true personality, untouched by "the circus of civilization", and what I have always been.

Maybe I do not have cultural brakes.

Some would say morals: Good / Evil, Masculine / Female, Nature / Artifice, Virgin / Whore.

I am this synthesis of a Hegelian dialectics.

A few people can really understand me because the reading of essays has been replaced by the cult of TV.

And I am part of this society of spectacle, even if I raise issues, especially when I criticize starfuckers,

who take advantage of somebody famous for their own notoriety.

And God knows, they are plenty!